pour une planification cohérente
:
zoom arrière de l'écriture zoom avant de l'écriture
Vous êtes ici : Mobilité pour tous > Exemples d’aménagements

Exemples d’aménagements au pays des obstacles

Pour se rendre compte de ce que signifie la mobilité pour tous, rien de mieux qu’illustrer quelques obstacles représentatifs de l’inadéquation entre les besoins des piétons et l’aménagement urbain.

Afin de permettre au professionnel de l’aménagement urbain et au responsable politique de se rendre compte de qui est concerné par quoi, il s’avère utile de relier les obstacles aux usagers. Pour chaque groupe de personnes à mobilité réduite sont associés ci-dessous les principaux obstacles pouvant en limiter le déplacement piéton.

Personnes en fauteuil roulant

  • Accès aux véhicules de transports non adaptés (plain-pied)
  • Dévers > 2%
  • Dispositifs de commande trop hauts
  • Ilots intermédiaires (ou refuges) trop étroits
  • Marches et escaliers
  • Passages étroits (dus à une mauvaise conception ou une mauvaise gestion de l’espace public)
  • Pentes > 6%
  • Plates-formes des arrêts de bus ou de tram trop étroites
  • Revêtements irréguliers, glissants ou salissants
  • Trottoirs non abaissés
  • Zones d’attentes des traversées piétonnes avec une distance de visibilité insuffisante ou un champ de visibilité masqué entre 90 cm et 1m50 de hauteur
  • Zones d’attentes des traversées piétonnes trop étroites
Photo d'une personne en fauteuil roulant sur une pente, poussée par une autre personne
Exemple : Pente > 6%
Au-delà d’une pente de 6%, une personne en fauteuil roulant peut se déplacer uniquement sur de très petites distances et a souvent besoin de l’aide d’un tiers. Si la personne manque de force, elle a intérêt à se doter d’un auxiliaire tel qu’un dispositif de propulsion ou un scooter.

Personnes avec déambulateur

  • Accès aux véhicules de transports non adaptés (plain-pied)
  • Dévers > 2%
  • Durée de la phase verte des feux de signalisation d’une traversée piétonne trop courte
  • Haute densité de la circulation piétonne (due notamment à des cheminements trop étroits)
  • Manque de bancs adaptés (accoudoirs, hauteur d’assise, inclinaison du dossier)
  • Marches et escaliers
  • Passages étroits (dus à une mauvaise conception ou une mauvaise gestion de l’espace public)
  • Pentes (notamment à la descente)
  • Revêtements irréguliers ou glissants
  • Trottoirs non abaissés
  • Zones d’attentes des traversées piétonnes avec une mauvaise visibilité
photo d'une personne âgée utilisant un déambulateur
Exemple : Dévers > 2%
Lorsqu’un dévers est supérieur à 2% le guidage d’un déambulateur devient extrêmement difficile. La difficulté à avancer en ligne droite insécurise le piéton. Ce problème de guidage concerne également les personnes en fauteuil roulant, celles qui transportent un caddie et celles avec une poussette d’enfant.

Piétons avec canne ou béquilles

  • Accès aux véhicules de transports non adaptés (plain-pied)
  • Dévers
  • Durée de la phase verte des feux de signalisation d’une traversée piétonne trop courte
  • Haute densité de la circulation piétonne (due notamment à des cheminements trop étroits)
  • Manque de bancs adaptés (accoudoirs, hauteur d’assise, inclinaison du dossier)
  • Marches et escaliers
  • Pentes
  • Revêtements irréguliers ou glissants
  • Trottoirs non abaissés
  • Zones d’attentes des traversées piétonnes avec une mauvaise visibilité
photo d'un banc public en bois dépourvu de dossier
Exemple : Banc inadapté
Dans leurs déplacements, les piétons utilisant une canne ou des béquilles doivent souvent s’arrêter pour reprendre des forces. Disposer de bancs adaptés à leurs besoins, à des intervalles réguliers, représente pour eux un sérieux secours. Les accoudoirs, un dossier pas trop incliné vers l’arrière et une hauteur d’assise d’au moins 45 cm sont des supports qui permettent de compenser leur manque de force et d’équilibre au moment de s’asseoir et de se relever.

Piétons aveugles ou malvoyants

  • Absence d’éléments architecturaux structurants ou d’un système de lignes de guidage
  • Absence d’un élément détectable par tâtonnement indiquant l’accès à la chaussée
  • Absence de signaux tactiles et acoustiques aux traversées piétonnes
  • Eclairage n’indiquant pas des points de repères et une direction (pour les malvoyants)
  • Encombrement des voies piétonnes (bornes et potelets, vélos, scooters, caisses à journaux, poubelles, présentoirs, terrasses, …)
  • Objets suspendus ou en saillie ne respectant pas la hauteur libre minimale
  • Traversées piétonnes non perpendiculaires au trottoir
  • Usure des marquages visuels (bandes jaunes et lignes de guidage)
photo d'un trottoir abaissé au niveau de la route au départ d'un passage pour piétons
Exemple : Absence d’un élément détectable par tâtonnement
Pour éviter qu’une personne aveugle accède à la chaussée sans s’en apercevoir, comme c’est le cas sur la photo, un élément détectable par tâtonnement doit l’informer qu’elle est en train de franchir la limite du trottoir. Cet élément a parfois la forme d’une bordure de trottoir d’au moins 3 cm de hauteur ou d’une bordure inclinée de 4 cm de hauteur s’étendant sur une largeur de 13 à 16 cm. Toutefois, pour permettre une transition trottoir – chaussée confortable et sûre également aux personnes se déplaçant avec un déambulateur ou un fauteuil roulant, une solution alternative est proposée : elle consiste à abaisser la bordure du trottoir à 1 cm de hauteur et à poser une bande d’éveil de vigilance aux propriétés podotactiles qui permet à la personne aveugle de détecter la limite du trottoir.

Piétons sourds ou malentendants

  • Absence de trottoir
  • Zones d’attentes des traversées piétonnes avec une mauvaise visibilité
photo d'une personne marchant le long d'une rue dépourvue de trottoir et bordée d'une haie haute
Exemple : Absence de trottoir
En marchand le long d’une rue sans trottoir, une personne sourde ou malentendante pourrait ne pas s’apercevoir de l’arrivée d’un véhicule dans son dos et être surprise au moment du dépassement. En plus de la peur, une telle dynamique pourrait lui provoquer une perte d’équilibre et la faire chuter. Les piétons utilisant un baladeur (musique) sont aussi exposés à ce type d’accident.

Piétons âgés

  • Absence de main courante le long d’un escalier et d’une barre d’appui en présence d’une marche
  • Dévers
  • Durée de la phase verte des feux de signalisation d’une traversée piétonne trop courte
  • Haute densité de la circulation piétonne (due notamment à des cheminements trop étroits)
  • Manque de bancs adaptés (accoudoirs, hauteur d’assise, inclinaison du dossier)
  • Marches et escaliers
  • Nombre insuffisant de passages pour piétons (bandes jaunes) (obstacle indirect)
  • Pentes
  • Revêtements irréguliers, glissants ou salissants
  • Trottoirs non abaissés aux traversées piétonnes
  • Zones d’attentes des traversées piétonnes avec une mauvaise visibilité
photo d'un escalier de quatre marches dépourvu de main courante
Exemple : Absence de main courante
Avec l’âge, une personne a tendance à voir sa force et son équilibre diminuer, ressources qui sont importantes lorsque l’on gravit des escaliers, sans quoi un sentiment d’insécurité peut s’installer. La présence d’une main courante permet alors de compenser ces défaillances, soutenant le piéton âgé dans le franchissement des marches et diminuant son risque de chute.

Parents avec poussette

  • Accès aux véhicules de transports non adaptés (plain-pied)
  • Dévers
  • Haute densité de la circulation piétonne (due notamment à des cheminements trop étroits)
  • Ilots intermédiaires (ou refuges) trop étroits
  • Marches et escaliers
  • Passages étroits (dus à une mauvaise conception ou une mauvaise gestion de l’espace public)
  • Pentes (notamment à la descente)
  • Plates-formes des arrêts de bus ou tram trop étroites
  • Revêtements irréguliers ou salissants
  • Zones d’attentes des traversées piétonnes avec une mauvaise visibilité
  • Zones d’attentes des traversées piétonnes trop étroites
photo d'une personne avec une poussette se déplaçant avec difficulté sur une plate-forme d'arrêt de bus chargée de monde
Exemple : Plate-forme d’arrêt de bus trop étroite
Aux arrêts de bus, tout comme aux zones d’attente des traversées piétonnes, le parent qui attend avec sa poussette un véhicule de transport ne devrait pas se sentir encombrant. La largeur du trottoir devrait lui permettre de manoeuvrer confortablement sa poussette. L’utilisation des transports publics dépend aussi de ce genre de détail.

Parents portant un enfant

  • Escaliers
  • Manque de bancs
  • Pentes (notamment à la montée)
  • Zones d’attentes des traversées piétonnes avec une mauvaise visibilité

Femmes enceintes

  • Escaliers
  • Manque de bancs
  • Pentes (notamment à la montée)
  • Zones d’attentes des traversées piétonnes avec une mauvaise visibilité

Enfants (0-12 ans)

  • Dispositifs de commande trop hauts (boutons-poussoirs aux traversées piétonnes, distributeurs de billets aux arrêts de transports publics)
  • Mesures de modération de la vitesse à proximité des traversées piétonnes insuffisantes ou inefficaces (obstacle indirect)
  • Nombre insuffisant de passages pour piétons (bandes jaunes) (obstacle indirect)
  • Zones d’attentes des traversées piétonnes avec une distance de visibilité insuffisante ou un champ de visibilité masqué entre 90 cm et 1m50 de hauteur
photo d'un passage pour piétons légèrement réhaussé
Exemple : Mesures de modération de la vitesse

Sur le chemin de l’école, de nombreux enfants doivent traverser la chaussée à plusieurs reprises. Afin de les sécuriser dans cette étape critique du déplacement piéton, la mise en place de mesures de modération de la vitesse du trafic est souvent nécessaire. L’efficacité de ces dernières dépend du contexte et doit être évaluée quelques mois après leur mise en place.

En raison de la présence d’un nombre croissant de véhicules « tout terrain », les décrochements verticaux légers comme celui indiqué sur la photo se révèlent souvent inefficaces. Il convient alors de combiner cette mesure avec un rétrécissement ponctuel de la chaussée.

Le type d’aménagement profite de ce fait à l’ensemble des piétons, et notamment aux personnes âgées, à celles avec un déambulateur ou en fauteuil roulant, ou encore, aux personnes aveugles ou malvoyantes.

Piétons de petite taille (≤ 1m50)

  • Dispositifs de commande trop hauts (boutons-poussoirs aux traversées piétonnes, distributeurs de billets aux arrêts de transports publics)
  • Zones d’attentes des traversées piétonnes avec une distance de visibilité insuffisante ou un champ de visibilité masqué entre 90 cm et 1m50 de hauteur
photo d'un passage pour piétons dont le départ est bordé d'arbustes de plus d'un mètre de haut
Exemple : Champ de visibilité masqué
Les yeux enregistrent 80 à 90% des informations nécessaires dans la circulation. Afin de permettre aux piétons de petite taille, aux enfants et aux personnes en fauteuil roulant de voir et d’être vus, à proximité d’une traversée piétonne, le champ de visibilité doit être dépourvu d’obstacles tels qu’un panneau publicitaire, des bacs à fleurs, un arbre ou un buisson, comme c’est le cas sur la photo. Le champ de visibilité doit être libre d’une hauteur de 60 cm à 3 m, sans quoi, la sécurité des piétons est menacée.

Piétons portant des commissions ou bagages

  • Dévers
  • Haute densité de la circulation piétonne (due notamment à des cheminements trop étroits)
  • Manque de bancs
  • Marches et escaliers
  • Passages étroits (dus à une mauvaise conception ou une mauvaise gestion de l’espace public)
  • Pentes
  • Revêtements irréguliers ou salissants
photo d'un trottoir d'une rue commerçante partiellement obstrué par un conteneur à ordures
Exemple : Largeur de passage étroite
La largeur d’un cheminement doit permettre aux piétons de se croiser confortablement et en toute sécurité, ceci même lorsqu’ils portent des bagages ou des sacs de commissions, comme c’est le cas sur la photo. Pour ce faire, la largeur des cheminements ne doit pas seulement être adaptée aux dimensions (largeur) des différentes catégories de piétons, mais aussi au niveau de fréquentation piétonne aux heures de pointe. De plus, il faut veiller à ce que la largeur ne soit pas réduite par une mauvaise gestion du cheminement : le dépôt provisoire de poubelles, de conteneurs, de présentoirs publicitaires, ou la mise en place de caisses à journaux ou de bacs à fleurs, peuvent engendrer un effet « entonnoir » qui se révèle très désagréable lorsque la voie piétonne est très fréquentée.

Piétons utilisant un baladeur ou un téléphone portable

  • Absence de trottoir
  • Zones d’attentes des traversées piétonnes avec une mauvaise visibilité

Femmes portant des chaussures à hauts talons

  • Revêtements irréguliers, glissants ou salissants
photo d'un chemin pédestre revêtu de hâchures de béton et de pelouse
Exemple : Revêtements irrégulier
Le revêtement utilisé pour le chemin illustré sur la photo a certainement le mérite de laisser filtrer les eaux de pluie. Toutefois, son irrégularité pose de sérieux problèmes de déplacement à de nombreux piétons : aux personnes se déplaçant avec un déambulateur, à des personnes utilisant une canne anglaise ou des béquilles, à des personnes âgées dotées de peu d’équilibre et, probablement, aussi aux femmes portant des chaussures à hauts talons. Heureusement, ce genre d’obstacle peut généralement être contourné par un cheminement alternatif plus accessible à proximité.
Impressum|© 2008 equiterre