pour une planification cohérente
:
zoom arrière de l'écriture zoom avant de l'écriture
Vous êtes ici : Mobilité pour tous > Accessibilité et santé

Accessibilité et santé

Lorsqu’on parle d’espace public, l’accessibilité qualifie la possibilité d’avoir accès à un lieu. Curieusement, cette notion prend tout son sens notamment lorsque l’on parle de son contraire, à savoir l’inaccessibilité. En effet, c’est face à un obstacle, c’est-à-dire face à quelque chose qui rend un lieu peu ou pas accessible et une action difficile ou impossible, que l’on mesure l’importance de l’accessibilité.

L’observation de notre environnement de proximité, celui que l’on parcourt le plus fréquemment à pied, nous permet de constater que les piétons sont souvent négligés dans la planification urbaine, notamment les plus fragilisés d’entre eux. Dans de nombreuses situations où l’on juge notre déplacement piéton (ou celui d’un autre) peu confortable, pas très sûr ou clairement inaccessible, on prend conscience que le réseau de cheminements piétons n’a pas toujours été conçu pour favoriser la marche.

Or, en termes de santé, vivre dans un environnement parsemé d’obstacles à la mobilité piétonne représente une menace pour de nombreuses personnes. Confrontées à des obstacles, les plus fragilisées d’entre-elles pourraient glisser progressivement vers la sédentarité, l’isolement et la perte d’autonomie. Une meilleure prise en compte des besoins et des ressources de mobilité des différentes catégories de piétons dans la conception d’un espace public permettrait de prolonger leur période d’autonomie et par conséquent, de diminuer les coûts de la santé engendrés par des cadres de vie non adaptés à la mobilité piétonne du plus grand nombre.

Ainsi, en veillant à la qualité et à la densité des réseaux piétons, en accordant une plus grande importance à des éléments tels que l’abaissement d’un trottoir, la pente d’une rampe ou le réglage des temps des feux de signalisation d’une traversée piétonne, les professionnels de l’aménagement urbain contribueraient à lutter contre la sédentarité, l’isolement et la perte d’autonomie et agiraient en tant qu’acteurs de la promotion de la santé.

La construction d’un espace public plus en phase avec les besoins des piétons les plus fragilisés s’avère aujourd’hui primordiale. Dans ce but, l’application du principe de minorité dans le domaine de l’aménagement urbain serait bienvenue : la prise en compte des besoins de mobilité des populations les plus vulnérables permettrait en effet de développer des solutions qui, de ce fait, augmenteraient l’accessibilité, le confort et la sécurité des déplacements de l’ensemble de la population.

Impressum|© 2008 equiterre